Inquiétudes face à l’explosion des ventes des cigarettes électroniques

Publié le 20/12/2013

Vapoter : vous entendez certainement de plus en plus ce mot dans votre entourage. C’est normal, c’est un nouveau mot à la mode ces derniers mois en France. Il fait allusion à l’action de « fumer » une cigarette électronique. En effet, initialement développée pour aider les fumeurs à passer sereinement leur période de sevrage tabagique, la cigarette électronique ou l’e-cigarette est très à la mode actuellement. Des boutiques spécialisées s’ouvrent un peu partout et les ventes explosent. Cette situation inquiète de plus en plus les pouvoirs publics, les laboratoires pharmaceutiques, mais également les cigarettiers, on s’en doute bien, chaque partie, pour des raisons diverses et variées.


L’inquiétude de l’État et des laboratoires pharmaceutiques : une question de santé publique


L’État s’inquiète face à l’engouement des Français pour la cigarette électronique. La raison est que ce produit, tout nouveau sur le marché (2004/2005) n’a pas encore fait l’objet d’une étude sérieuse quant aux risques pour la santé sur le long terme. A priori, il n’y en a pas affirment les fabricants. Ils pourraient avoir raison si on considère que dans la cigarette électronique, les milliers de produits toxiques de la cigarette ordinaires sont absents. Pas de goudron donc, pas d’odeur de tabac, mais tout de même un peu de nicotine.
C’est justement l’une des principales inquiétudes des pouvoirs publics. La nicotine est bien connue pour être à l’origine de la dépendance chez les fumeurs. Avec la progression très rapide des ventes en France en quelques années seulement, l’État s’inquiète également que la cigarette électronique ne constitue la porte d’entrée vers le tabagisme pour les non-fumeurs et les jeunes.
Par ailleurs, d’éventuels cas d’allergies sont en cours d’étude. En effet, chez quelques nouveaux « vapoteurs », des cas d’allergies ont été relevés, en rapport avec certains produits contenus dans les recharges. Il s’agit par exemple des cas d’allergie à la glycérine ou encore au propylène de glycol. Ce dernier est bien connu des fabricants de produits cosmétiques et consommé en grande quantité, il entraine chez la personne concernée, un état dépressif. Enfin, certaines études en cours sur les consommateurs de cigarettes électroniques mettent en garde contre une éventuelle résistance des voies aériennes à l’inhalation de l’oxygène.


L’insomnie pour les cigarettiers


Le nombre des adeptes de la cigarette électronique avoisine déjà le million d'individus en France, en quelques années seulement. Il faut avouer que ce nouveau marché en pleine expansion a de quoi donner de l’insomnie aux fabricants de cigarettes traditionnelles. De plus, le marché sur internet est très florissant au point où de nombreuses boutiques en dur ont commencé à éclore à grande vitesse dans toutes les villes de la France. Ce manque à gagner évoluera certainement encore durant les années à venir puisque qu’il est aujourd’hui unanimement acquit que la cigarette électronique soit sérieusement moins dangereuse que le tabac. De deux maux, beaucoup choisiront certainement le moindre.

COMMENTAIRES

Aucun commentaire pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent publier des commentaires.